Payan en grand ?

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, la signature des protocoles d’accord du plan « Marseille en grand » par le Premier ministre

Le plan « Marseille en Grand » prend sa mesure. Après les annonces, les doutes et les questions, le temps est venu des protocoles d’accord. Mardi dernier, à l’issue d’une visite de 24 heures, le Premier ministre Jean Castex est reparti sous le regard satisfait des édiles. Celles-ci ont obtenu deux éléments majeurs qui concrétisent les promesses présidentielles de septembre. À commencer par la création de la très attendue Société publique locale d’aménagement, et d’intérêt national, s’il vous plaît. Elle sera chargée de la rénovation des 174 écoles. Montant : 1,2 Millard d’euros. Deuxième acte avec la création d’un groupement d’intérêt public qui pilotera le volant transport du plan. Montant : 1 Millard d’euros. Par ailleurs, et pour ne rien gâcher, le Premier ministre ne s’est déplacé ni pour rien, ni pour en rester aux montants prévus : 150 millions de plus pour les écoles ; 20 millions supplémentaires pour les hôpitaux. N’en jetez plus, ou presque.

Continuer la lecture de « Payan en grand ? »

Et le Palais Bourbon s’est (re)mis à parler à marseillais

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, l’adoption des dispositions aixo-marseillaises de la loi 3DS.

Ce titre est identique à celui d’un billet de blog aujourd’hui défunt et qu’on tenait jadis – ressuscité ici pour l’occasion. Le 20 juillet 2013, l’Assemblée nationale examinait l’article 30 du projet de loi qu’on appellerait MAPTAM. Il devrait créer la Métropole Aix-Marseille Provence qui remplacerait l’ensemble des intercommunalités existantes et disposerait de compétences étendues. On s’interrogeait alors sur la mise en œuvre de cette créature institutionnelle dans un territoire marqué par les rivalités historiques des pouvoirs d’agglomération. Le gouvernement d’alors avait choisi une méthode de rupture : la nomination d’un préfet à la tête d’une mission dédiée à la préfiguration de la métropole ; des groupes d’experts mettant à distance les élus ; et enfin la loi. Cette dernière devait cependant donner la parole aux élus locaux puisqu’on n’avait pas encore supprimé le cumul des mandats : Dominique Tian, Patrick Mennucci, Henri Jibrayel, Jean-David Ciot, tous aujourd’hui déchus, par la défaite électorale ou la mise en cause judiciaire (ou les deux). À l’époque, écrivions-nous, « les positions étaient davantage le produit des divisions spatiales (Aix et les « maires » contre Marseille) que partisane » et chacun de réciter le jeu de la peur du monstre métropolitain incarné par l’ogre marseillais. 

Continuer la lecture de « Et le Palais Bourbon s’est (re)mis à parler à marseillais »

Une tambouille sans chef

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, la droite locale affaiblie et divisée.

À l’issue d’une campagne confuse et droitière, les adhérents de Les Républicains (LR) ont choisi leur champion·ne pour la présidentielle : il s’agira de la Présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse qui l’a emporté face à la surprise Ciotti, tenant d’une droite zemmouro-compatible. 

Continuer la lecture de « Une tambouille sans chef »

Marseille antifasciste

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, le déplacement d’Eric Zemmour et ses réactions.

Quelques jours après Marine Le Pen, le probable candidat à l’élection présidentielle, Eric Zemmour s’est rendu à Marseille. Destination préférée de l’extrême-droite ? Si Marsactu a choisi de ne pas traiter cette visite, cet événement permet pourtant de mieux comprendre la perception de Marseille par le néo-fascisme dans la construction de son projet réactionnaire ainsi que les raisons d’un si mauvais accueil.

Continuer la lecture de « Marseille antifasciste »

Gouverner par chicayas

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, le débat métropolitain qui n’en finit plus de sombrer.

La tenaille métropolitaine s’est refermée sur Martine Vassal prise entre l’injonction de l’État à réduire sa politique de reversement aux communes, et la résistance des maires qui n’entendent pas y renoncer sans combattre.

Continuer la lecture de « Gouverner par chicayas »

Marseille, un Col’Col’ pour la transparence

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, des collectifs réclament la transparence des données publiques

À la veille du conseil municipal du 10 novembre, une lettre ouverte rédigée par le collectif des écoles et celui du 5-novembre interpellent la mairie sur le manque de transparence des données publiques. La tribune rappelle les promesses de campagne du Printemps marseillais qui s’était engagé à créer une « plateforme de la transparence et de l’open data ». Seize mois plus tard, s’il a effectivement nommé une adjointe Olivia Fortin (surtout chargée de la « modernisation » de l’administration), ainsi qu’un conseiller municipal délégué·e·s à la transparence, Christophe Hugon, du Parti pirate, les collectifs s’impatientent. 

Continuer la lecture de « Marseille, un Col’Col’ pour la transparence »

Marseille, ni n’oublie, ni ne pardonne

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, trois ans plus tard, Marseille se souvient

Trois ans après le 5 novembre, un autre 5 novembre pour pleurer ses morts et se souvenir des vivants. Marseille se souvient de ses immeubles qui s’effondrent sur Julien, 30 ans, Taher, 58 ans, Chérif, 36 ans, Fabien, 52 ans, Simona, 30 ans, Niasse, 26 ans, Ouloume, 55 ans, et Marie-Emmanuelle, 55 ans.

Continuer la lecture de « Marseille, ni n’oublie, ni ne pardonne »

Stillwater ou Marseille dans les yeux de son extraordinaire banalité

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, on a vu le thriller hollywoodien qui se passe à Marseille

On a vu Stillwater, le thriller américain de Tom McCarthy, avec Matt Damon, présenté au dernier festival de Cannes. Le réalisateur oscarisé explique avoir été marqué par l’affaire Amanda Knox en 2007. En Italie pour un voyage d’étude, cette étudiante américaine découvre sa colocataire poignardée dans leur appartement. Reconnue coupable du meurtre, elle est condamnée à 26 ans de prison, avant de se voir innocentée à l’issue de 4 ans de détention. McCarthy s’est « demandé ce que cela pouvait représenter pour un étudiant américain de partir [en Europe] pour ce qui devrait être l’un des moments les plus excitants de la vie d’un jeune adulte et de se retrouver mêlé à cette tragédie. (…) Quelle est l’histoire autour de l’histoire ? » Pour raconter son histoire, très différente de l’original à l’exception du point de départ, il situe la scène non à Pérouse, mais à Marseille. À la recherche d’une ville portuaire européenne, sa rencontre avec des scénaristes français et les romans de Jean-Claude Izzo l’ont conduit vers Marseille :

Continuer la lecture de « Stillwater ou Marseille dans les yeux de son extraordinaire banalité »

La Provence, la presse locale et le capitalisme municipal

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, le duel Niel / Saadé pour le rachat de La Provence

Avec le décès de Bernard Tapie, c’est l’avenir de La Provence qui est remis en jeu. Pour succéder à son actionnaire principal, deux offres concurrentes sont sur la table. L’issue de ce duel cruciale pour l’avenir de la presse locale, pourrait également être utile pour comprendre l’évolution du capitalisme dans la cité.

Continuer la lecture de « La Provence, la presse locale et le capitalisme municipal »

Dystopie en grand

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaines, alors qu’Emmanuel Macron est de retour, une version dystopique du plan Marseille en Grand 

Conformément à l’engagement pris à l’issue de la visite de septembre, le chef de l’État était de retour. Avec un décor bien changé. Oublié les images du bain de foule de Bassens, des directs en continu ou du discours fleuve du Pharo. La visite était placée sous le signe des échanges techniques avec les élu·e·s sommé·e·s de rendre leurs copies pour préparer la mise en œuvre des promesses présidentielles.

Continuer la lecture de « Dystopie en grand »