La guerre territoriale est déclarée

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, les fractures institutionnelles révélées lors des conseils de territoire et métropolitain de mardi et jeudi dernier.

La seconde ère de la cohabitation métropolitaine – après la période 2008-2014 – a donc finalement commencé. Le réchauffement des positions a sans doute à voir avec le switch de décembre qui a vu B. Payan succéder à M. Rubirola peu encline à croiser le fer politico-institutionnel. Les séances du conseil de territoire Marseille-Provence (subdivision qui correspond aux frontières de l’anciennes intercommunalité) puis du conseil métropolitain cette semaine ont été l’occasion d’une première véritable mise à l’épreuve des conflits territoriaux. 

Dans le cadre du plan France Relance, la Métropole espère se voir co-financer 185 projets pour un montant de près de 4 Md€. Le maire de Marseille, qui répète pourtant sa volonté « d’aller chercher l’argent avec les dents », repousse cette bouchée financière, reprochant à la présidente de la Métropole son manque de concertation. Entre deux étranglements, la majorité LR joue la carte de la distribution des compétences : ce « contrat métropolitain » portant sur des compétences métropolitaines, le maire d’une commune n’a pas à se prononcer. Et puis, résume M. Vassal, mêlant caricature et malice, « l’Etat nous propose de l’argent, prenons-le ». De toutes façons, argue-t-on, seuls les projets murs et déjà dans les tuyaux peuvent espérer rafler la mise. Sous-entendant, le temps de la concertation n’est plus, l’heure est à l’urgence ; et soulevant au passage, de sérieux doutes sur les contours du monde d’après qui financent les projets d’hier. Sur la mobilité ou la transition écologique, l’opposition ne dispose ni des compétences, ni des moyens pour mettre en œuvre son programme. C’est ce que reconnaissait le maire de Marseille lors du conseil métropolitain : « Ce qui nous est présenté ici, ce n’est pas le projet pour lequel nous ont élus les Marseillais ». 

Voilà résumé le problème démocratique posé par le découplage entre le territoire d’élection – la commune – et le territoire de l’action publique – la Métropole. « Ici », ce n’est pas le conseil municipal, c’est cet « ailleurs » qui résonnera étrangement lorsqu’il questionnera ses collègues : « qui d’entre vous accepterait qu’on vous impose des choix qui viennent d’ailleurs ? » Pense-t-il au siècle passé de l’impossible construction du pouvoir d’agglomération qui a vu les tentatives d’instaurer un « Grand Marseille » être sans cesse repoussées par cette république départementale des « petits maires » ? Un Grand Marseille accusé de vouloir imposer des choses qui viennent d’ailleurs ? Un retournement de situation historique qui lance pour de bon la guerre territoriale attendue.

Au conseil municipal, l’exercice du pouvoir symbolique

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes (repris sur l’Agora de Marsactu) pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, retour sur le conseil municipal de lundi 8 février.

Presque 12 heures de conseil municipal, « le plus long de l’histoire » selon le maire qui n’était pourtant pas, lui, prof d’histoire. Ce 1er conseil depuis son élection confronte son pouvoir à l’étendue et aux limites de son exercice symbolique. Il ne s’agit nullement de minimiser son influence, mais de qualifier un registre de ses attributions et de son expression.

Continuer la lecture de « Au conseil municipal, l’exercice du pouvoir symbolique »

L’OM, la crise permanente, la ville


Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes (repris sur l’Agora de Marsactu) pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine la crise permanente qui secoue l’Olympique de Marseille et son intrication dans la ville 

Au moment d’écrire ses lignes, l’OM n’a pas encore logiquement perdu contre son rival parisien – c’était hier ne me dites rien – et n’a pas encore été vendu à un prince saoudien pour une somme avoisinant le total des dépenses d’investissement de la ville (450 M€). En revanche, son centre d’entraînement a été envahi samedi dernier par une centaine de supporters sous les yeux effarés des salariés du club, de l’entraineur de l’équipe première et des joueurs. Un entraîneur qui devait donner sa démission au cours d’une conférence de presse avant de se voir signifier sa mise à pied par sa direction. Si certains observateurs aiment à qualifier ces situations de « lunaires », avouez qu’on était là plus proches de la planète Mars (12e arrondissement). 

Continuer la lecture de « L’OM, la crise permanente, la ville »

Les Verts, combien de divisions ?

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, l’annonce de la “destitution” du chef de file d’EELV aux prochaines élections régionales.

Décidément incorrigibles, les Verts ont pris l’habitude de suspendre leur chef·fe de file local·e trop porté·e sur l’unité des gauches. En octobre 2019, Michele Rubirola et Théo Challande se voyaient reprocher par la direction de leur parti leur volonté de rester au sein de ce qu’on appelait alors le Mouvement sans précédent, en dépit de la décision des militants marseillais de lancer une liste autonome. Quinze mois plus tard, rebelote et dix de der, cette fois pour le militant varois Olivier Dubuquoy, farouche opposant aux boues rouges de Gardanne, qui avait été désigné en octobre dernier, chef de file des écologistes pour les Régionales en PACA. Le bureau exécutif l’a « destitué » en raison de sa signature apposée en bas d’une tribune, lançant une initiative intitulée « Il est temps » – à ne pas confondre avec une autre tribune lançant « l’appel des 130 citoyens » – qui appelle à l’union de la gauche sur le modèle du Printemps marseillais. On trouve d’ailleurs à ses côtés, les noms des principaux architectes de la formule gagnante des dernières élections municipales : des élus du PS et de ses alliés (Place publique, Générations, Ensemble !), d’autres du PC, des syndicalistes, et tout ce qu’une tribune peut compter de militants associatifs et d’acteurs-de-la-société-civile.

Continuer la lecture de « Les Verts, combien de divisions ? »

Martine Vassal, du qui-perd-gagne à la partie belle


Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, la présidente de la Métropole et du département repart en campagne.

Les voeux à la presse de Martine Vassal ont rappelé ce paradoxe noué à l’issue de la dernière municipale : la principale battue de cette élection – dans son secteur, fief de la droite, et à l’échelle de la ville – fut aussi sa principale gagnante. Sortie confortée à la tête de la Métropole, son mandat de présidente du conseil départemental est remise en jeu en juin si les conditions sanitaires le permettent. Assise sur les 7,2 Mds €qu’elle gère depuis ses deux institutions (4,4 Mds pour la Métropole ; 2,8 pour le département), parviendra-t-elle à conserver ces pouvoirs cumulés ; et surtout qu’en fera-t-elle alors qu’elle est engagée dans la seconde cohabitation métropolitaine de la brève histoire de l’agglomération marseillaise (après celle de 2009 à 2014, alors que la municipalité Gaudin devait faire face à une Communauté urbaine et un département socialo-guérinistes) ?

Continuer la lecture de « Martine Vassal, du qui-perd-gagne à la partie belle »

Paroles de maires

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, retour sur les interviews de Michèle Rubirola dans Elle et de Benoit Payan dans la presse locale.

C’est la question financière et sa stratégie face au « mur de la dette » qui domine sa prise de parole. Critiquant les anciens choix, il insiste sur la mauvaise gestion patrimoniale et des négociations d’emprunt défavorables. Il promet sans le dire une gestion active du patrimoine qui devrait passer par des opérations de réhabilitation-cession au regard de la dégradation des actifs immobiliers détenus par la ville et annonce une renégociation de la dette. En attendant les résultats de l’audit commandé à Deloitte, il précise sa stratégie aux accents peu orthodoxes : non, il ne pratiquera pas « d’austérité », au sens de coupes dans le fonctionnement. Certes, sur les 14 directeurs généraux adjoints, il estime que la « moitié suffit » mais rassure les 17 500 agents qui constituent une « force ».

Continuer la lecture de « Paroles de maires »

Y r’vote

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, la préparation des prochaines échéances électorales de juin avec l’organisation des scrutins régionaux et départementaux.

Avant les fêtes, on apprenait qu’en PACA, un sondage plaçait en tête du 1er tour, un RN conduit par Thierry Mariani. Prouesse d’organiser un sondage sur un scrutin que chacun découvre. Le RN en tête au 1er tour (30%) est donné perdant au 2nd face à une liste LR conduite par le Président sortant Renaud Muselier. Aucune liste de gauche ne dépasserait 10%. L’hypothèse d’un second mandat sans conseiller régional de gauche n’est pas écartée. LREM serait conduite par la Ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, très populaire parmi les universitaires (non). Elle obtiendrait 13%, moitié moins que LR. La situation se complique avec la possible candidature de la tête de liste du parti présidentiel lors des municipales marseillaises, Yvon Berland, sous les couleurs d’Agir. Mais, et attention, pulitichella sauce marseillologique, les élus locaux de cette formation de droite macron-compatible s’opposent à sa candidature au motif, explique cette semaine Marsactu, qu’elle « hypothèquerait une alliance future avec la présidente sortante Martine Vassal lors des départementales.»

Continuer la lecture de « Y r’vote »

Première épreuve pour la cohabitation métropolitaine

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, retour sur la grève des salariés de Derichebourg au prisme des relations entre la ville et la Métropole.

Les représentants de Force ouvrière et la direction de Derichebourg ont finalement trouvé un accord mettant fin à 14 jours d’une grève des ramassages des ordures dans les 2e, 15e et 16e arrondissements. Pour rappel, les salarié·e·s réclamaient la démission de dirigeants de l’entreprise qu’ils accusaient d’un management brutal. Dans un article publié en 2007 dans Marsactu, on apprenait que la Chambre régionale des comptes avait pointé les défauts de l’offre de l’entreprise pourtant choisie par la Métropole (voir aussi le fil consacré à ce sujet par le politiste Joël Gombin). Cette grève constitue la première épreuve qui teste et se faisant, révèle les relations entre la mairie et la Métropole en situation de cohabitation métropolitaine.

Continuer la lecture de « Première épreuve pour la cohabitation métropolitaine »

Samia Ghali, l’autre Maire

Chaque lundi, la Nouvelle société savante de Marseillologie vous propose 2 600 signes sur l’Agora de Marsactu pour évoquer l’actualité politique, économique, sociale ou culturelle de la ville.

Cette semaine, l’annonce de la désignation de Samia Ghali à la fonction de “maire adjointe”.

C’est par un tweet que Samia Ghali annonce elle-même sa promotion. Bien que rétrogradée dans la hiérarchie de 2e à 3e adjointe, en raison de la règle de la parité « chabada », l’adjointe à l’égalité des territoires, aux relations euro-méditerranéennes, à l’attractivité et aux grands évènements, ainsi que, nouveauté, aux projets structurants devient donc aussi maire adjointe. Quésaco ?

Continuer la lecture de « Samia Ghali, l’autre Maire »