vernet

Marseille : une approche sémiotique (2) Significations de la mer

Deuxième volet de l’analyse sémiotique de Marseille proposée par Bernard Lamizet. Il est consacré aux « significations de la mer » et s’articule autour de quatre questionnements relatifs à la « circulation et l’échange »,  aux enjeux politiques, économiques, esthétiques, ainsi qu’en termes d’aménagements urbains. Le texte se conclue par une réflexion relative au possible « refoulement ou à la dénégation » dont la mer ferait l’objet dans les discours et les pratiques politiques à Marseille. 

Image d’illustration : « L’Intérieur du Port de Marseille, vu du Pavillon de l’horloge du Parc © musée national de la Marine/A. Fux, par Joseph Vernet, 1754.

La relation de Marseille à la mer est complexe. Pour mieux la comprendre et pour mieux penser la place de la mer dans l’identité marseillaise, sans doute faut-il ne pas se limiter à une approche fonctionnelle questionnant les usages et les pratiques de la mer dans l’économie de cette ville et dans son histoire, mais interroger les significations de la mer à Marseille, questionner la figure de la mer à Marseille dans une approche encore peu mise en œuvre dans la réflexion sur la ville : l’approche sémiotique, que nous avons présentée dans un texte précédent.

Nous nous proposons d’analyser ici les significations de la mer à Marseille autour des quatre figures que nous avions relevées dans un premier texte.

La première de ces figures est celle de la relation à l’autre, fondée sur la sémiotique de la circulation et de l’échange, puisque cette ville est un port, mais aussi sur la sémiotique de l’étranger, qui traverse l’espace marseillais depuis sa fondation à la suite de l’arrivée des Grecs jusqu’à la question de la signification des migrations dans la ville moderne et contemporaine – y compris dans le discours économique et dans le discours politique. La mer n’est pas un simple espace : il s’agit d’un espace parcouru par des transports et des voyages, et, par conséquent, cet espace s’inscrit dans une logique de la communication, de l’échange et de la relation à l’autre. Sans doute est-ce cette place de l’autre qui fonde l’identité marseillaise depuis le début, et il est important de relever que, dans ce que l’on peut appeler le récit fondateur de Marseille, c’est l’étranger qui occupe la place dominante, qu’il s’agisse de l’étranger par rapport au pays dans lequel se situe Marseille, le pays qui deviendra la France, ou de la découverte de l’étranger par rapport au pays d’où viennent les fondateurs de la ville, Phocée, cité grecque.

La seconde question est celle de la place occupée par la mer dans la politique marseillaise, à la fois dans les discours et dans les pratiques. La mer est présente dans le discours politique marseillais, dans le thème du port, car il est un lieu majeur du futur politique de la ville.

« Si l’on veut vraiment reconstruire un jour cette ville et son port, il leur faudra une assise populaire et une bourgeoisie entreprenante et dynamique », écrit P. Sanmarco, en 2000. « Marseille et son port », poursuit-il, « sont au centre de la Région de demain. Quelque forme que celle-ci prenne, la Ville-Port doit y jouer son rôle et tenir sa place ».

Plus précisément, la mer occupe trois places dans la politique marseillaise : la première est celle d’un lieu de pouvoirs : tant en raison de l’ancienneté de la place de la mer dans la société marseillaise qu’en raison de la quantité d’acteurs politiques qui en sont issus, la mer est un lieu politique majeur de la ville ; la deuxième est celle d’un champ d’expertise et de savoir ; la troisième, enfin, est, sans doute, celle d’un thème majeur de l’imaginaire politique marseillais.

Mais il importe de questionner aussi le rôle de la mer dans l’économie de la ville et dans les pratiques sociales et professionnelles qui y sont mises en œuvre. La mer est un lieu d’activités majeur, d’abord fondé sur la place des transports dans l’économie et dans l’activité des entreprises de la région, puis sur une place importante dans l’économie du tourisme et des loisirs, domaine devenu un champ majeur de l’économie contemporaine, et, ensuite, il s’agit d’un lieu de savoirs et de formations, qui peut donner à Marseille une place importante dans l’économie future.

Une troisième figure de la mer est celle de l’esthétique et de la représentation. Pour pleinement comprendre les significations de la mer dans la société marseillaise, il importe de questionner quelles sont ses représentations dans la culture marseillaise, dans les arts plastiques (on peut penser, en particulier, au célèbre tableau de Vernet de 1754) ou dans les œuvres de la littérature se situant à Marseille en donnant un rôle important à la mer : on peut penser au Comte de Monte-Cristo d’A. Dumas. Dans le roman de Dumas, la mer joue le rôle d’un espace de liberté, mais aussi celui d’un espace de découverte, tant pour le héros du récit, E. Dantès, que pour les personnages qu’il est amené à rencontrer au cours des récits des événements dans lesquels il est impliqué. Mais, au-delà de la fiction, sans doute est-il important d’analyser la place de la mer dans le discours des médias et dans les représentations qu’ils proposent de la ville et de l’espace marseillais au cours de leur mission d’information et de représentation des événements et des débats politiques. La dimension esthétique des informations qui portent sur Marseille est dominée par le thème de la mer et par la figure qu’elle exprime dans la culture de la ville.

Enfin, une quatrième figure marseillaise de la mer est la place de la mer dans les aménagements urbains. Sans doute convient-il de s’interroger sur la façon dont la mer a été engagée dans les aménagements de la ville – qu’il s’agisse des ports ou des aménagements liés au tourisme et sur ce que peuvent signifier ces aménagements : c’est ainsi qu’il serait intéressant d’analyser la double signification du Vieux-Port, à la fois au centre de la ville puisqu’il est bordé de trois côtés par des quartiers et des constructions et à sa périphérie, puisqu’il est ouvert sur le large. La mer joue trois rôles dans l’urbanisme marseillais. D’abord, c’est vers elle que se tourne ce qui constitue un centre architectural et géographique de la ville, le Vieux-Port. Sans doute, dans la localisation des pouvoirs et des institutions, n’est-il pas neutre que l’Hôtel de Ville se situe sur le Vieux-Port, alors que la préfecture, le Conseil général et la Région, espaces politiques qui vont au-delà de Marseille, se situent loin de la mer. Par ailleurs, en bordant l’espace urbain du Nord au Sud, la mer constitue une sorte de repère géographique : c’est dans leur relation à la mer que la ville et ses aménagements se situent les uns par rapport aux autres, dans la géographie marseillaise des aménagements urbains. Enfin, la mer occupe une place majeure dans les pratiques des aménagements urbains qui fondent ce que l’on peut appeler la culture urbaine de la ville : c’est dans leurs pratiques de la mer et dans la culture de la mer dont ils sont porteurs que les habitants de la ville expriment leur appartenance sociale à la ville, et, dans le même temps, sans doute la mer joue-t-elle un rôle majeur dans la structuration sociale des quartiers de la ville, en particulier, par exemple, dans les clivages sociaux qui séparent, par exemple, les quartiers Nord et les quartiers Sud.

Mais sans doute un questionnement sur la place de la mer dans la culture urbaine ne serait-il pas complet sans une interrogation sur ce que l’on peut appeler le refoulement ou la dénégation de la mer dans les discours sur la ville et dans les représentations dont elle fait l’objet. Il y a probablement une raison multiple à cette forme de dénégation que l’on peut percevoir, en particulier dans un urbanisme et un développement urbain qui, en quelque sorte, tournent le dos à la mer en s’ouvrant davantage à l’Est et au Nord. D’abord, c’est la mer qui donne à Marseille son caractère de cité périphérique : s’il s’agissait d’un atout dans la culture ancienne de la ville, la centralisation de l’État et de la société politique en France a, sans doute, diminué cette position dominante des villes portuaires ou littorales. Par ailleurs, la mer et les activités maritimes jouent un rôle moins important dans l’économie mondiale que celui qu’elles ont pu jouer dans l’économie du XIXème et du XXème siècles, d’autant plus que des pays orientaux jouent un rôle plus important aujourd’hui que celui qu’ils pouvaient jouer auparavant. Enfin, ce refoulement de la figure de la mer dans la culture marseillaise et dans l’identité urbaine est à articuler à la place des migrations dans le développement urbain, elle-même thème de tensions et de remises en cause dans le discours politique contemporain, dans les identités politiques d’aujourd’hui et dans les confrontations qui fondent de nos jours la vie politique et ses acteurs. Toutes ces raisons nous engagent à questionner cette forme de déni de la mer dans le débat politique marseillais, alors qu’il serait important de lui rendre sa place pour permettre à Marseille de retrouver une place pleine dans les villes de notre pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *